6 raisons pour lesquelles vous devez caresser votre chat plus souvent

Caresser votre chat renforce la relation de complicité entre vous deux, et relaxe aussi bien l'animal que son maître. Ces papouilles quotidiennes sont également importantes pour l'habituer à être manipulé, et aident à dépister maladies de peau, présence de parasites, grosseurs ou douleurs sur son corps. Plus aucune raison de se retenir !

EN SAVOIR

Plus de détails

ACCESSOIRES
EN SAVOIR +

6 raisons pour lesquelles vous devez caresser votre chat plus souvent

chatte tricolore sur un lit

La plupart d'entre nous n'a pas vraiment besoin d'excuse pour caresser son chat. Il y a fort à parier que si nous avions le choix et pas de factures à payer, nous préférerions rester à la maison pour faire des papouilles plutôt que d'aller travailler ! Au-delà du plaisir que cette activité engendre, elle peut s'avérer très utile pour le bien-être de votre félin de salon... et pour le vôtre !

1- Communiquer de l'amour

Caresser votre chat est probablement le meilleur moyen de lui témoigner votre affection : il adore les caresses et les grattouilles qui lui procurent beaucoup de plaisir. La caresse, c'est un peu l'équivalent humain de l'allogrooming, qui désigne le léchage mutuel chez les chats qui se connaissent et s'apprécient : ils se lèchent pour échanger leurs odeurs et déposer leurs phéromones apaisantes et sécurisantes. En retour, Mimi vous récompense en se frottant, en vous léchant ou en pétrissant... et bien évidemment en ronronnant ! 

2- Réduire le stress

Etre caressé est une activité agréable et relaxante pour votre matou, mais elle l'est aussi pour vous ! De récentes études tendent à prouver que les chats ont des effets bénéfiques sur la réduction du stress, de l'anxiété* et même de la pression artérielle ou du cholestérol sur les bipèdes.

3- L'habituer à être manipulé

Dès deux semaines, un chaton peut graduellement commencer à être manipulé par les humains pour être socialisé et habitué à être touché. Il faut y aller en douceur pour éviter de sur-stimuler le petit, car celui-ci a surtout besoin d'être auprès de sa mère et de sa fratrie pour se développer de façon correcte jusqu'au sevrage (entre deux et trois mois). Si vous le caressez régulièrement et progressivement, il se sentira en confiance lors de vos contacts lorsqu'il grandira. Ceci est particulièrement important, car il est plus facile d'effectuer des palpations sur un animal qui a l'habitude d'être manipulé. Si on lui a appris à être touché par des "étrangers" (amis ou membres de la famille qui ne vivent pas chez vous), les interactions avec d'autres humains et les rendez-vous chez le vétérinaire se passeront mieux. Ceci est surtout vrai pour un chaton, car à l'âge adulte, il y a beaucoup d'acquis. Néanmoins, il est la plupart du temps possible d'habituer un chat plus vieux à être tâté, à condition d'être très patient !

4- Détecter puces et autres parasites externes

Caresser votre chat régulièrement vous familiarise avec le toucher de sa peau et de sa fourrure. Ceci peut vous aider à remarquer plus facilement les bestioles qui veulent sucer son sang et qui sont à l'origine de démangeaisons et de vers ! Certaines d'entre elles, comme les puces, se multiplient très rapidement : les identifier au plus vite peut contribuer à les éliminer efficacement avant que la situation n'échappe à votre contrôle. N'oubliez jamais qu'en cas d'infestation par des nuisibles, vous devez traiter votre chat avec des produits de préférence naturels (par exemple un shampoing antipuces, un shampoing sec, une poudre, ...) mais aussi votre maison (avec un spray ou un diffuseur) pour éviter la réinfestation ! Malin, le peigne antipuces électronique élimine instantanément les bestioles indésirables sans utilisation de produits et pendant la séance de caresses !

5- Détecter des problèmes cutanés ou des grosseurs

Lui faire des papouilles peut aussi vous aider à remarquer rapidement des problèmes de peau ou internes, qui ne sont pas visibles car camouflés par le pelage : irritations, égratignures, peau sèche, oreilles sales, ou même des kystes et grosseurs. Ceci vous permet d'adopter l'attitude appropriée, que ce soit surveiller, traiter ou prendre rendez-vous avec votre vétérinaire.
Si vous identifiez une plaie, n'utilisez jamais d'alcool, de mercurochrome ou de sprays antiseptiques pour humains. De la povidone iodée ("Bétadine") ou un produit cicatrisant adapté aux animaux sont à privilégier. De même, en cas d'oreilles ou d'yeux sales, il vaut mieux éviter le coton tige sec, et préférer un linge doux humidifié avec une lotion à la composition adaptée. Des plaques rouges, irritées ou enflammées, surtout si elles sont présentes depuis longtemps, exigent une consultation vétérinaire. En attendant, et en premiers secours, une lotion naturelle contre les dermatoses peut apaiser votre animal et faire disparaître les marques.

6- Détecter une partie du corps sensible

Nos matous sont vraiment les rois quand il s'agit de cacher leur douleur : c'est pourquoi il peut parfois s'écouler des jours ou même des semaines avant de remarquer une zone sensible ou enflammée. En lui faisant des mamours régulièrement, vous pouvez le toucher "sous toutes ses coutures" et localiser une zone douloureuse. Même s'il ne se plaint pas particulièrement, un chat ne se laissera pas facilement toucher là où il a mal. Un changement d'attitude tel que des grognements ou une agressivité inhabituels doivent vous alerter.

Rappelez-vous que tous nos matous ont leur propre personnalité et préférences. Leurs goûts en termes de cajoleries varient : par exemple, certains d'entre eux n'apprécient pas être touchés sur le ventre, car cela les fait se sentir trop vulnérables. Soyez patient, et ne les brusquez pas. Des petites gratouilles douces sur le bout du menton, les oreilles et le dessus de la tête restent cependant les papouilles favorites de nos petits tigres de salon !

Enfin, si vous constatez une plaie ou une grosseur inhabituels, consultez toujours votre vétérinaire : il est le seul professionnel habilité à vous conseiller sur la santé de votre cher colocataire.

*source

Crédits photos : fudowakira0Didgeman